FRANCE

ENVIE D'ERRANCE

Bonjour à vous,
Aujourd'hui nous sommes le 23/04/2018 20:46:29.

LES AMÈNAGEMENTS

VOICI LE POINT DE DÉPART :


L'hiver s'installe tranquillement sans excès. Je projette le liège sur les parois métalliques en deux fois sur une épaisseur avoisinant les deux millimètres. Son rôle est d'assurer une coupure thermique et supprimer les risques de condensation le long de la paroi métallique. C'est aussi un isolant phonique appréciable. L'isolation générale est faite de plusieurs couches différentes afin d'assurer un déphasage conséquent. Ainsi la peau extérieure est doublée d'une couche de liège. Viendra ensuite un isolant naturel de quatre centimètres de laine de « bois/chanvre » et enfin des planches de peuplier d' une épaisseur de 1,4 cm. De ce fait des couches denses et d'autres volumineuses et légères augmentent l'efficacité de l'isolation. A cela s'ajoute le pouvoir de régulation de l'hygrométrie du bois et de la laine.

Jusqu' à début janvier 2016 les choses vont bon train. Le plafond est le premier à se transformer. J'utilise du contreplaqué de 5mm. Dés la mise en place du premier panneau j'entends des craquements qui témoignent des contraintes imposées par la voûte. En regardant bien, des ondulations apparaissent très légèrement et cela ne me plaît guère. Je décide de me procurer du contreplaqué « flexible » en 7mm d'épaisseur. Je suis étonné par ce produit qui se tortille dans tous les sens. Cette caractéristique va m'apporter quelques problèmes que je ne pourrai ni éviter ni régler. Je rencontre des difficultés pour bien positionner les plaques. Surtout je comptais sur le contreplaqué pour écraser l'isolant qui doit passer de 40mm à 30mm. Des ondulations se forment entre chaque vis pourtant proches de 10cm. Ces vis auto-foreuses fixent les panneaux sur la structure écrasant le bois tendre et cela va se voir d'autant plus que le plafond sera peint en blanc brillant. Hélas je n'ai vu le résultat de tout cela que trop tard. Ce n'est pas dramatique mais je suis loin du résultat attendu.

Dans un premier temps, par endroit, je couvre l'isolant de contreplaqués peints en orange. Ils formeront le fond des meubles. Bizarre non,cette couleur orange? Quand on ouvre un placard, elle saute aux yeux sans agressivité et reste assez lumineuse. Et puis nous aimons bien c'est tout. C'est fait en une journée et le lendemain l' habillage est complété par les planches de peuplier. Je trouve cet alignement de planche plus sympathique que du lambris. Une impression de cabane voire bateau se dégage de cette décoration. Là le résultat est conforme à mes attentes.

isolation cellule
isolation cellule
isolation cellule
isolation cellule
isolation cellule
isolation cellule
Isolation et habillage des côté s'effectuent en une semaine. Tout de suite la boîte de sardine se métamorphose en un volume agréable, sorte de cocon chaleureux. Je trace au sol les emplacements des meubles, fixe les liteaux. La coquille commence à dévoiler ses secrets. Il faut penser à tout. Installer le linoléum de suite car c'est plus simple, passer les gaines électriques qui lient la cellule à la cabine, fixer telle équerre car plus tard elle tiendra le pont au dessus du lit etc.… Ça fume sous la casquette. Au rythme d'un ensemble d'éléments hebdomadaire, il me faut quatre semaine pour installer l'ossature. C'est, ensuite, le tour des cloisons.
Je commence par le coin "salle de bain-cuisine".
fabrication de la salle de bain et de la cuisine
fabrication de la salle de bain et de la cuisine
fabrication de la salle de bain et de la cuisine
fabrication de la salle de bain et de la cuisine
fabrication de la salle de bain et de la cuisine
fabrication de la salle de bain et de la cuisine
fabrication de la salle de bain et de la cuisine
fabrication de la salle de bain et de la cuisine
C'est assez difficile de trouver des références pour avoir un bon niveau.

Je continue par le meuble avant droit et le lit. Après avoir pris les diverses mesures, je découpe et fais un premier montage complet afin de voir si tout va bien. Je démonte et applique une première couche de peinture, puis une seconde le lendemain. Tous les contreplaqués sont peints sur les deux faces, surtout celles qui ne seront plus visibles. Ceci pour deux raisons.

  • Premièrement, la peinture avant d'être un élément de décoration, assure la protection du bois.
  • Ensuite, lors du séchage, cette dernière tire et peut déformer les panneaux même sur de grosses épaisseurs.
  • Malgré ces précautions je n'ai pu éviter, par endroit, ce genre de problèmes.
fabrication du lit et du meuble avant droit
fabrication du lit et du meuble avant droit
fabrication du lit et du meuble avant droit
fabrication du lit et du meuble avant droit
fabrication du lit et du meuble avant droit
fabrication du lit et du meuble avant droit
fabrication du lit et du meuble avant droit
fabrication du lit et du meuble avant droit




Les derniers assauts de l'hiver sont sans effet sur mon rythme de travail. Bien au chaud, je termine l'aménagement principal par la mise en place de la table et du meuble arrière.

fabrication table et meuble arrière
fabrication table et meuble arrière
fabrication table et meuble arrière
fabrication tablee et meuble arrière
fabrication table et meuble arrière
fabrication table et meuble arrière
fabrication table et meuble arrière
fabrication table et meuble arrière
Il restera à améliorer les détails,faire toutes ces petites finitions que j'adore!!!!!.

En ce début avril, une étincelle de vie anime le camion. Tout le système électrique est en place. Le lumière et la musique jaillissent d'un placard et quelques jours plus tard c'est le poêle et sa douce chaleur qui ponctue l'aménagement. Maintenant la cellule est terminée et malgré quelques imperfections elle correspond à mes attentes. Je laisse la place à Bernadette et m'en vais m’occuper de la cabine. A nouveau je reprends mes armes anti-corrosion.

état des ailes
ailes découpées
ailes, rivetage et collage
intérieur démonté
fintérieur, vue du tableau de bord
cabine, entièrement à nue
encadrement pare-brise touché par la rouille
capot, pare-choc et calandre enlevés
remontage des éléments réparés
C'est un ensemble compliqué, difficile d' accès. Je décide, là encore, d'en enlever le plus possible pour me faciliter la tâche. Plus de sièges, d'habillage des portes, de faux plafond. Au décapage les ailes, la calandre, le capot ainsi que le pare-choc. Plus délicatement le pare-brise est retiré sans problème. Je m'occupe des ailes qui sont les plus touchées. Je découpe les parties malades, traite l'ensemble et place des plaques d'acier, rivetées et collées. Par la suite je mastique et apprête avant la mise en peinture. Pour les autres éléments ainsi que la cabine par elle même, ce sera plus simple. Tout est poncé et peint. Avant de tout remonter je m'occupe de l'intérieur. Je décide d'utiliser le reste de liège projeté pour tapisser la planche de bord. L'idée est d'avoir un touché agréable et surtout que la tôle de brûle pas à son contact par forte chaleur. De plus cette petite épaisseur va participer un peu à insonoriser l'habitacle. Malheureusement l'esthétique ne suis pas et il faudra faire avec. Cela donne un aspect granuleux parfois orné de crevasses. On verra cela une fois tout remonté. Le sigle "mercedes" ainsi que quelques éléments sont peints en bleu. Cette couleur discrète souligne l'allure générale. C'est assez sympathique.

Cette séance de restauration aura duré un bon mois car c'est un travail méticuleux (c'est pas mon fort) fatiguant du fait des positions délicates et complexe parfois. Il me reste à peindre la cellule et à confectionner la galerie. L’aménagement principal est maintenant terminé. Les premières sorties permettent d’améliorer tout cela. A l'automne 2016, je fais placer deux réservoirs de gas-oil de 300 litres chacun. J'augmente de ce fait l'autonomie et pourrai me ravitailler là où le combustible est moins onéreux. L'électronique vient parfaire le système. Nous sommes équipés pour la navigation et pour communiquer avec nos proches. A l'aube de l'année 2017 le camion est complètement prêt à partir et l'équipage aussi…

haut de page