FRANCE

ENVIE D'ERRANCE

Bonjour à vous,
Aujourd'hui nous sommes le 12/12/2018 08:27:43.

RÉNOVATION ET MODIFICATIONS S’IMPOSENT.

Faire le choix d’un tel véhicule c’est adhérer à un concept, voire un mythe. Une fois la visite effectuée, par simple formalité dans le cas ou ce serait vraiment déraisonnable d’investir la dedans, l’achat est conclu et on fait avec. Avec ce qui nous est dit sur les problèmes possibles, ce qui est supputé du bout des lèvres de peur de compromettre la vente et le non-dit par oubli ou malhonnêteté. Quelle importance, le choix est assumé.

Le PIOT est malade de la rouille comme son aîné et comme tous ceux de sa famille. Elle attaque les bas de caisse, les ailes, les portes. Une première intervention, voici quelques années, a juste camouflé le mal qui maintenant réapparaît. Le PIOT a des soucis mécaniques connus comme le boîtier de direction et d’autres à découvrir. C’est le charme de ce style d’achat. Le moteur est une vraie petite horloge qui démarre au quart de tour et ronronne à merveille. Pourtant un léger sifflement l’accompagne et cela ne me plaît guère. Enfin il reste les quelques modifications que je souhaite faire, qui vont entraîner quelques complications. Voyons tout cela.

calandre enlevée
parties rouillées découpées
étendu des dégats
le carrossier au travail
plaque resoudée
tôle mastiquée abondament

La première intervention durant le mois de mai 2018 sera la restauration complète de la carrosserie suivie d’une peinture identique à celle de Helmut. Pour cela je dépose tout ce qui peut gêner (auvent, protections diverses) et hop ! chez le magicien du garage associatif de St Geours de Maremne. Il reste immobilisé 3 semaines durant lesquelles toutes les parties touchées sont découpées. Des tôles galvanisées sont soudées point par point, en lieu et place des parties malades. Puis ponçage, masticage, nouveau ponçage, une couche d’apprêt et pour terminer 4 couches de peinture. À son retour à la maison, beau et propre comme un sou neuf, j’injecte de la cire à corps creux dans toutes les parties inaccessibles, le déleste de tout ce qui n’a pas lieu d’être.

C’est-à-dire, les batteries de servitude, un four électrique, la télévision. Une petite promenade dans le Lot nous permet de parfaire la liste des interventions prochaines. Maintenant il va falloir se salir un peu les mains.

Il faut changer le réfrigérateur à compression, trouver la cause d’une fuite de gaz, remplacer le radiateur qui a pris un projectile et qui fuit. Le sifflement permanent au niveau du moteur est dû à la courroie d’accessoire qui est un poil trop longue. La montée à ‘Super Lioran’ met en évidence un moteur qui chauffe. Ici c’est le visco-coupleur qui est à incriminer. La liste est presque terminée en évoquant le boîtier de direction pour lequel un réglage ne suffira pas. J’en trouverai un dans une casse et cela fera l’affaire. Pour compléter le tableau, je profite de l’accessibilité du moteur pour changer les filtres ainsi que l’huile moteur, l’huile de boîte de vitesse et celle de la direction assistée.

ancien réfrigérateur de 80L
emplacement réfrigérateur dégagé
nouveau réfrigérateur de 60L en place
moteur sans radiateur
À ce stade-là, le véhicule commence a me sembler bien plus fiable. Il est temps de s’occuper de cette fameuse batterie au lithium.

Après de nombreux coups de téléphone et parfois de longues périodes sans avoir réponses à mes questions, je finis par recevoir ce petit bijou de technologie et l’installe. C’est assez simple en soit sauf que l’alternateur ne peut recevoir les connections bien trop grosses pour lui. Encore eut-il fallu que je le susse ! Et que pensez vous que je fis ? Je remplaçai donc cet alternateur de 55A/h par un de 80A/h, ce qui permet d’ augmenter de façon conséquente la vitesse de recharge du parc de batteries.

réservoir transformé
emplacement du futur coffre
coffre en place
autre vue du coffre
vue des deux batteries
Je décide donc de garder le vieux panneau solaire de 70 watts qui fera ce qu’il peut. Je base ma recharge sur les périodes durant lesquelles nous roulerons. Le principe est le suivant : Il nous faut 5 journées d’autonomie en eau qu’il est possible d’augmenter grâce au filtre que nous allons embarquer. Les consommateurs électriques sont plus importants que sur notre ancien ‘destrier’. Je ne referai pas les calculs ici, mais il nous faudra 40A de disponible chaque jour. Une batterie au lithium de 200A outre un gain de poids important, nous apporte donc 4 à 5 jours de tranquillité. Deux à trois heures de moteur permettent de recharger la bête (voir l’encart sur cette page ci ) et allonger ici aussi notre autonomie. À partir d’un réservoir d’eau de 100 litres que je modifie, je confectionne un compartiment qui accueille cette batterie. Le restant permet de stocker du matériel et les bidons d’huile. Il se trouve sous le siège passager et déborde jusqu’au levier de vitesse. Il ne reste plus qu’à modifier les WC qui prennent trop de place. Ces toilettes fixes laissent leur place à une cassette mobile qu’il suffit d’enlever pour se doucher et qui, ensuite, reprend sa place.

Il restera quelques broutilles comme la biellette de direction à changer, un coffre sérieux à fixer à l’arrière à la place de ce ‘truc’ qui ballotte dans tous les sens et ne supporte pas beaucoup de poids. Cela se fera plus tard. Pour l’instant, nous sommes au milieu du mois de juillet. Il est temps de remplir le camion et de partir. Alors à bientôt quelque part…

haut de page